Vocabulaire informatique

Composantes de l’ordinateur

Selon Antidote et Larousse, l’ordinateur est « une machine automatique de traitement numérique de l’information, qui obéit à des programmes définissant la séquence des opérations logiques et arithmétiques à effectuer ».

Sur Wikipédia, la définition met plutôt l’accent sur le fait que l’ordinateur soit un système :

« Un ordinateur est un système de traitement de l’information programmable (…) qui fonctionne par la lecture séquentielle d’un ensemble d’instructions, organisées en programmes, qui lui font exécuter des opérations logiques et arithmétiques. »

L'ordinateur : système de traitement de l'information

Figure — Périphériques d’entrée et sortie de l’ordinateur

Carte mère et microprocesseur

La carte mère est la composante principale d’un ordinateur. C’est sur celle-ci que se trouve le microprocesseur, ou unité centrale de traitement (UCT), responsable du traitement de données, des calculs et de l’exécution des programmes. La carte mère contient plusieurs ports de connexion qui permettent de réunir tous les périphériques de l’ordinateur (mémoire, disques, cartes filles, périphériques externes, etc.).

Carte mère d'un ordinateur

Figure — Carte mère d’un ordinateur Source : Wikipédia

Mémoire morte

La mémoire morte (ROM en anglais, pour Read Only Memory) est une puce fixée sur une carte mère, contenant les instructions de démarrage de l’ordinateur ainsi que certaines informations essentielles à son fonctionnement. La mémoire morte est dite non volatile parce que son contenu ne peut être modifié (à moins de le faire à vos risques!) et elle ne s’efface pas lorsque l’ordinateur n’est plus sous tension.

Mémoire morte (ROM)

Figure — Puce de mémoire morte (ROM) sur une carte

Mémoire vive

La mémoire vive (RAM en anglais, pour Random Access Memory) est la mémoire qui contient les informations en cours de traitement par le microprocesseur. La mémoire vive est dite volatile parce qu’elle perd tout son contenu, advenant que l’ordinateur ne soit plus sous tension. Par exemple, pendant que vous travaillez sur un rapport dans Word, un chiffrier Excel et une présentation PowerPoint, ces documents sont disponibles et traités dans la mémoire vive. Mais attention, en cas de panne de courant, vous perdrez tout votre dur travail si vous n’avez pas enregistrés vos documents sur le disque dur!


Figure — Deux barrettes de mémoire vive (RAM) Source : Wikipédia

Disque dur

Un disque dur est un support rigide magnétique sur lequel sont enregistrées des informations de manière permanente. C’est le principal moyen de stockage de données sur les ordinateurs d’aujourd’hui.

Les disques durs les plus populaires et abordables fonctionnent avec des plateaux circulaires magnétiques qui tournent à des vitesses de 5 400, 7 200 et même jusqu’à 15 000 rotations par minute (RPM). Ces disques souvent appelés par le nom de leur interface, IDE ou SATA, sont munis d’une tête de lecture et d’écriture qui se déplace pour trouver les données sur les pistes et les secteurs du disque (voir A, dans la figure ci-dessous). Bien que les disques durs IDE/SATA soient généralement fiables et performants, toutes ces pièces mobiles les rendent vulnérables à des bris et des pannes pouvant ultimement mener à des pertes de données.

Les disques durs Solid State Drive (SSD) sont quant à eux fabriqués avec plusieurs puces de mémoire Flash, semblables à celles utilisées dans les appareils photos et les téléphones (voir B, dans la figure ci-dessous). Ces disques sont plus petits et beaucoup plus rapides que les disques mécaniques. Ils sont aussi beaucoup moins vulnérable aux bris, puisqu’ils n’ont aucune pièce amovible. Dans la dernière décennie, le rapport capacité/prix de ces disques a énormément augmenté, les rendant abordables pour les ordinateurs portables.

Voir aussi : Disque dur sur Comment ça marche

Disques durs IDE/SATA et SSD

Figure — Disques durs IDE/SATA (A) et SSD (B)

Cartes filles

Les cartes filles par analogie avec la carte mère de l’ordinateur, sont des cartes spécialisées qui se branchent sur cette dernière. Il existe plusieurs types de cartes filles telles que les cartes d’accélération vidéo, les cartes de son et les cartes réseau.

Carte de son

Figure — Exemple de carte fille : une carte de son spécialisée

Écran

Depuis les années 70, l’écran est le périphérique de sortie principal de l’ordinateur. C’est par lui que l’utilisateur voit le résultat de ses interactions avec la machine. L’écran affiche ce que la carte graphique (ou carte d’accélération vidéo) lui envoie.

Il existe plusieurs types d’écrans. Les anciens écrans cathodiques, lourds et encombrants, sont de moins en moins utilisés, bien que l’on en trouve encore quelques-uns dans les bureaux. Les écrans à cristaux liquides (LCD), au plasma et à diodes électroluminescentes (DEL) les remplacent maintenant.

Clavier

Le clavier est le périphérique d’entrée principal sur un ordinateur. Bien avant la souris et les interfaces graphiques, toutes les commandes devaient être passées à l’ordinateur par le clavier. Encore aujourd’hui, c’est la façon la plus rapide et la plus efficace d’entrer des données.

Le clavier contient différents types de touches :

Alphanumériques, accents et symboles : ces touches servent à entrer les lettres, les chiffres, les accents et les symboles à l’aide du clavier. Certains claviers ont un pavé numérique à la droite, idéal pour l’entrée de données comptables ou financières.

Touches de modification : certaines touches permettent de modifier la valeur ou le caractère entré en appuyant simultanément sur celle-ci et sur un caractère. Par exemple, la touche Maj transforme toutes les lettres en majuscules. La même touche Maj et les chiffres de 1 à 0 permettent d’entrer les symboles : ! »/$%?&*().

La touche AltCar, permet d’entrer d’autres symboles. Par exemple, AltCar+2 génère un @, essentiel à l’écriture d’une adresse courriel.

Les touches Fn, Ctrl, Windows et Alt permettent de passer des commandes à l’ordinateur en les combinant aux différents chiffres et caractères pour composer des raccourcis clavier. Par exemple, le raccourci Ctrl+Z permet d’annuler la dernière action, Ctrl+S de sauvegarder un document, Win+E d’ouvrir une fenêtre de l’explorateur Windows et Win+D d’afficher le bureau (D pour Desktop).

Touches de fonctions : les claviers standards disposent de 12 touches de fonctions allant de F1 à F12. Les logiciels utilisent ces touches pour donner un accès rapide à des fonctions fréquemment utilisées. Par exemple, la touche F1 est habituellement réservée au lancement de la fonction d’aide.

Les touches de déplacements : les flèches permettent de déplacer le curseur à l’écran dans leurs directions respectives. Il y a aussi des touches pour avancer ou reculer d’une page (souvent représentées par PgAv, PgAr ou un symbole de flèche hachurée). Des touches Début et Fin, parfois représentées par une flèche diagonale vers le haut à gauche et une diagonale vers le bas à droite, permettent d’atteindre plus rapidement le début ou la fin d’une ligne ou d’un document.

Souris

La souris a entièrement transformé la façon d’utiliser l’ordinateur. Avec l’arrivée des interfaces graphiques (avec le MacIntosh en 1984, puis Windows par la suite), l’utilisateur peut désormais passer des commandes à l’ordinateur en dirigeant un pointeur vers des items de menus et des commandes représentées par des icônes puis en cliquant sur le bouton de la souris.

Sur les souris à deux boutons, le bouton de droite permet de faire apparaitre un menu contextuel permettant à l’utilisateur de voir un menu avec un nombre restreint d’options, pertinentes à sa situation actuelle.

Unités de mesure en informatique

Les documents et fichiers créés sur un ordinateur occupent de l’espace mémoire et de l’espace disque. Il est donc utile de connaitre les différentes unités de mesure en informatique.

Bit

Le bit est la plus petite unité d’information traitée par un ordinateur. Il s’agit d’une valeur binaire, soit un 0 ou un 1. Voici quelques exemples de valeurs représentées par des bits dans le système binaire :

0 : 0
1 : 1
2 : 10 (puisqu’il n’y plus d’unités, on passe à la ‘dizaine’)
3 : 11 (deux plus un)
4 : 100
5 : 101
6 : 110
7 : 111
8 : 1000

Octet

L’octet est un groupe de huit bits avec lequel il est possible de représenter jusqu’à 256 valeurs, soit 2 exposant 8 combinaisons possibles. Les octets peuvent être utilisés pour représenter des caractères comme des lettres et des symboles.

Kilo, méga, giga, tera, etc.

Les unités de mesure ci-dessous sont utilisées pour représenter l’espace qu’occupe un fichier tant en mémoire vive que sur un disque dur, ou la capacité de ces deux dispositifs de stockage.

Kilooctet (Ko) : mille octets

Mégaoctet (Mo) : mille kilooctets, soit un million d’octets

Gigaoctet (Go) : mille mégaoctets, soit un milliard d’octets

Teraoctet (To) : mille gigaoctets, soit un billion d’octets

Petaoctet (Po) : mille teraoctets, soit un mille billions d’octets

Exaoctet (Eo) : mille petaoctets, soit… beaucoup, beaucoup d’octets!

Mégahertz et gigahertz

Lors de l’achat d’un ordinateur personnel, on voit presque toujours une valeur exprimée en gigahertz (GHz). Cette valeur représente la vitesse, en cycles, de l’horloge interne du microprocesseur. Il faut savoir que pour deux ordinateurs ayant la même architecture de microprocesseur, celui ayant la plus haute valeur en GHz sera le plus rapide à traiter les données.

Achat d’un ordinateur

À partir de vos nouvelles connaissances sur les composantes de l’ordinateur et le vocabulaire informatique, êtes-vous en mesure de mieux comprendre les spécifications d’un ordinateur sur un site d’achat en ligne? Allez sur le site d’un commerçant populaire pour faire quelques recherches pour un ordinateur de bureau, ainsi qu’un ordinateur portable.

Prenons par exemple, la courte description suivante :

HP – Portatif 17-AR007CA 17,3 po, 2,7 GHz AMD A12-9720P, DD 2 To, DDR4 SDRAM 12 Go, Windows 10 Famille

Fabriquant : Hewlett Packard (HP)
Type d’ordinateur : Portable (portatif)
Modèle : 17-AR007CA
Taille de l’écran : 17,3 pouces
Microprocesseur : AMD A12-9720P 2,7 gigahertz (GHz)
Disque dur : 2 teraoctets (To)
Mémoire vive : 12 gigaoctets (Go)
Système d’exploitation : Windows 10 Famille

Types de logiciels

Les logiciels, ou programmes, installables sur un ordinateur peuvent être classés en quatre grandes familles : les systèmes d’exploitation, les environnements de développement, les logiciels d’application courante et les utilitaires.

Systèmes d’exploitation

Le système d’exploitation est un ensemble de programmes qui dirige l’utilisation des ressources d’un ordinateur par des logiciels applicatifs (Wikipédia). Autrement dit, le système d’exploitation (vous entendrez parfois l’expression « O. S. », de l’anglais Operating System) est le programme (ou les milliers de petits programmes) qui fait le lien entre l’utilisateur et le matériel de l’ordinateur (le processeur, la mémoire, les disques durs, l’écran, le clavier, la souris et tous les autres périphériques, etc.)

C’est à travers le système d’exploitation que les autres applications ou logiciels (comme un traitement de texte ou un chiffrier électronique) peuvent utiliser les ressources matérielles de l’ordinateur.

Windows

Le système d’exploitation Windows, commercialisé par la société Microsoft, est de loin le système d’exploitation le plus populaire sur le marché. Il est installé sur près de 90 % des ordinateurs personnels. Voici une liste de quelques-unes des versions les plus populaires de Windows :

Windows 3.1 (première version complète et stable)
Windows 95 (premier véritable succès commercial)
Windows NT (version « réseau » ou d’entreprise)
Windows XP (version stable, basée sur NT)
Windows Vista (a connu plusieurs ratés)
Windows 7 (version stable)
Windows 8 (a connu plusieurs ratés)
Windows 10

Ce n’est pas un oubli, il n’y a pas eu de version Windows 9. La version courante actuelle est Windows 10, plus légère que les précédentes en espace disque et plutôt stable pour l’instant. Croisons nos doigts!

macOS (ou OS X)

Le système d’exploitation macOS (anciennement OS X) est utilisé sur les ordinateurs Mac (de MacIntosh), commercialisés par la société Apple. Il est construit à partir d’une version libre du système d’exploitation UNIX, très robuste et populaire au sein des universités et des grandes entreprises, et une interface graphique élégante et intuitive pour l’utilisateur lui a été ajoutée. Les ordinateurs d’Apple et le système d’exploitation OS X représentent moins de 10 % du marché des ordinateurs personnels.

UNIX et Linux

Le système d’exploitation UNIX est développé durant les années 70. Très robuste et stable, sa principale interface est en ligne de commande, c’est-à-dire que l’utilisateur passe ses commandes à l’ordinateur avec le clavier. UNIX est surtout utilisé sur des serveurs, dans les universités et les grandes entreprises.

Au début des années 90, l’étudiant Finlandais Linus Torvalds crée le noyau du système d’exploitation Linux. Celui-ci est compatible avec UNIX, en plus d’être aussi stable et robuste. Cependant, il peut être installé sur un ordinateur personnel. Linus Torvalds publie le code source de Linux sous licence GPL. Il s’agit d’une licence qui permet d’utiliser un logiciel gratuitement (et librement) et même de le modifier, à la condition de le redistribuer sous les mêmes conditions. Linux est donc un logiciel libre et gratuit, par opposition aux logiciels propriétaires et payants tels que Windows et macOS.

Aujourd’hui, Linux est doté d’une interface graphique aussi évoluée que celles de Windows et macOS. Des milliers de programmes et d’applications sont disponibles librement sous licence GPL, tels que les suites bureautiques LibreOffice et OpenOffice. Plusieurs entreprises, villes et gouvernements prennent le virage du logiciel libre, afin de réduire leurs coûts en licences Windows et Microsoft Office. Il est donc sage de se familiariser avec Linux, LibreOffice et d’autres logiciels libres, puisque leur popularité augmente d’année en année.

iOS, Android et Windows Mobile

Logiciels de développement

Logiciels d’application courante

Utilitaires